Feed on
Posts
Comments

Les personnages version film dessinés par le dessinateur du comics

Beaucoup parmi vous ont du voir le film Kick Ass. Moins ont du lire le comics, comme d’habitude si j’ose dire. Ce n’est ni un bien ni un mail mais un schéma classique, et bien souvent ne pas avoir lu l’œuvre originel n’est pas gênant en soit, on à la même histoire à quelques changements prêts, et il ne se trouve souvent que les fans addicts de l’œuvre originale pour râler sur le moindre changement du au fait que c’est une adaptation et non pas une retranscription (J’ai l’air de me foutre d’eux comme ça, mais je suis de cette trempe la en fait). Mais quand on parle de Kick Ass, œuvre original et film sont au final très, très différents. La faute à UN élément différent et qui change tout.

Sans surprise, cet article sera full of spoil puisque je vais comparer support papier et film de Kick Ass.

 

J’ai découvert Kick ass en extrait dans le magazine Comic Box, et me suis procurée le 1er volume. Le film est sortit au cinéma et je suis donc allée le voir avant de lire la fin du comics, ce qui fait que j’ai put profiter presque en parallèle de ces 2 versions de l’histoire. Ce qui est amusant par rapport à mon expérience c’est que justement, l’histoire commence à bien s’éloigner du comics pour ce qu’il s’agit du volume 2, alors que le volume 1 est vraiment respecté : Monologues identiques etc. L’intro du film est exactement celle du comics par exemple, et ce durant bien 10 mn.

Resituons l’histoire vite fait pour les perdus : Kick Ass raconte l’histoire d’un mec on ne peut plus banal, qui aime les comics, crush sur la fille populaire de sa classe et se branle en pensant au décolleté de sa prof. Un jour, sans réelle raison, il va passer à l’acte, s’acheter un costume, se choisir un nom de super héros, et sortir dans la rue. Il finira à l’hôpital et écopera de mois de soins et de rééducations… Avant de recommencer. Sa route va croiser celle de Hit Girl, une super héroïne accompagnée de Big Daddy, et ces 2 la semblent bien plus sérieux que le délire gentiment planant de Kick Ass. Avec eux, l’histoire entière va devenir on ne peut plus sérieuse.

Les premières différences que l’on peut constater dans le film sont d’ordre graphique : Le costume de Hit girl et de big daddy sont totalement différent, le personnage de Dave peut-être un peu plus looseur qu’il n’en a l’air dans le comics (Le racket par exemple, ça n’est pas anodin, il n’est pas racketté dans le comics alors que dans le film si), les profils de ses potes pas forcement respectés… Mais bon, tout ça, ça reste du travail d’adaptation ! La scène du racket sert d’étincelle qui allume l’envie de jouer au super hero de Dave, alors que dans le comics, c’est quelque chose de plus diffus. Mais viennent ensuite des modifications qui changent beaucoup de choses, comme le cas Katie Deaumax.

Fille populaire, Dave fantasme sur elle, et elle l’ignore. Après s’être fait tabasser, la rumeur va courir qu’il est gay, et Katie va se rapprocher de lui, et il va devenir son « meilleur copain gay ». Situation gênante, mais au moins, il est proche d’elle. Dans le film, il finit par s’infiltrer dans sa chambre, lui réveler son identité, et finalement celle-ci sort avec lui et devient sa petite amie officielle qui s’inquiète de ce qu’il peut faire en costume de Kick Ass. Tellement convenu et facile, les choses se finissent bien dites donc. Vous y croyez ? Dans le comics, voila ce qu’il se passe : Une nuit, Kick ass passe sous sa fenêtre crier qu’il n’est pas gay, voila tout. Puis à la fin de l’histoire, il lui déballe la vérité : Il n’est pas gay et est amoureux d’elle. Elle le prend très mal et l’envoi bouler avant d’envoyer des gros bras lui péter la gueule. Voila qui colle mieux au caractère de la fille superficielle que l’on à au début non ? Et qui est plus réalise, un looseur reste un looseur. On peut dire que le personnage entier de Katie est différent dans le film, qu’elle est moins superficielle et plus « vraie ». Pourtant, les caractéristiques sont les mêmes, comme par exemple le fait qu’elle fasse du volontariat. Mais peut-être fallait il une « histoire d’amour » dans le film ?

2eme différence, le traitement de convalescence de Dave. Si dans le film le tout est réglé en quelques plan rapides et assez joyeux, dans le comics, l’emphase est mis sur le temps qui passe, la souffrance, les multiples opérations, les délires qu’il a ou il voit sa mère morte qui lui parle, et ensuite sur sa culpabilité pour l’inquiétude qu’il a causé à son père et l’argent que celui-ci à du dépenser pour le soigner, et enfin la haine de ces comics qui l’ont rendu fou, ces comics qu’il finit par brûler en se jurant de ne jamais recommencer pareil connerie. Tout un passage qui a été coupé au montage dirons nous, pour des raisons de rythme et de taille du film je pense.

Cette scène est juste FUCKING AWESOME. Je la connais par cœur et pourtant chaque fois que je la revois j’en ait des frissons. La musique de theProdigy – Omen joue beaucoup aussi, mais aaaah cette scène est géniale, tout comme cette réplique finale de Kick ass «  »Three assholeslaying into one guy, while everybody watches, and you wan’t to know whats wrong with me?! » qui vient uniquement du film et non pas du comics. Il finit beaucoup plus ensanglanté dans le comics, mais ils ont gardé cette disposition de Kick ass debout par dessus le corps du mec tabassé qui montre vraiment le coté protection.

3eme point divergeant, que l’on pourrait surtout qualifier de « différence de point de vue » mais qui est aussi une modification du personnage : Red Mist. Dans le film, Dave essaye d’approcher Chris lors de la scène dans la boutique de comics, chose qu’il ne fait pas dans le comics. Mais surtout, dans le film, on sait que Chris est Red Mist et que tout ceci est un plan pour s’approcher de Kick ass et le piéger. Ainsi, on est « avec lui » dans son mensonge, on se sent proche de Red Mist et on comprend ce qu’il peut ressentir alors qu’il noue une sorte de relation avec Kick Ass mais se doit d’être fidèle à son père.

Dans le comics, Red Mist apparaît au lecteur comme un nouveau super hero qui devient l’ami de Kick ass, on se méfie mais il devient bien vite comme l’ami de Kick ass, ils font plusieurs virées ensembles, avant la fameuse scène ou Kick ass se retrouve piégé ainsi que Big Daddy et Hit Girl.

Différence de réaction également : Dans le film, Red Mist essaye de sauver Kick ass de toutes ses forces, il lui crie qu’il est désolé, il s’énerve contre son père avec qui il avait un deal… Il ne lui voulait pas de mal à a essayé de trancher la poire en deux, livrer Hit girl et Big Daddy à son père mais sauver Kick ass, chose à laquelle il échoue. Dans le comics, Red Mist est purement et simplement mauvais : Il se réjouit de voir Kick ass souffrir et ne montre pas une once d’hésitation à son égard.

Il est différent également dans sa relation avec son père qui est plus approfondie dans le film. Au final, je préfère le Red Mist du film qui est plus nuancé et donc plus intéressant : Fan de comics looseur qui cherche avant tout à se faire apprécier de son père et à lui aussi participer à son monde de mafieux dont son père le tiens fermement éloigné, il va proposer un plan fou pour gagner sa confiance et son admiration. Il va au passage prendre son pied à jouer les supers héros avec le fric qu’il faut, et va vraiment apprécier la compagnie de Kick ass. Mais il est obligé de le trahir, et à la fin, alors qu’il a servit, son père le met de coté, n’écoute pas ses avis, et finalement l’envoi se battre pour le défendre en dernier recours ! Émotionnellement, ce Red Mist la encaisse plus, d’autant plus qu’il a droit à une scène de combat assez longue avec Kick ass (même si assez pitoyable vv; mais au moins ils sont à armes égales), la ou dans le comics, Kick ass va le chercher et l’assomme en un coup en le traitant de lopette.

Ce qui est intéressant également, c’est que dans le comics, Red Mist est assez froussard, il refuse par exemple de s’engager dans un immeuble en feu la ou Kick ass y fonce sans hésiter. Dans le film, c’est l’inverse ! Certes la situation est différente, car Red Mist sait alors que les hommes de son père voir son père lui même sont dans le bâtiment. De manière différente, on a donc droit à la scène des 2 héros entourés par les flammes.

Un peu de sur analysation de courte scène comme je sais bien en faire : Dans cette séquence en voiture, Kick ass commence à triper sur la musique. Red Mist le regarde genre « Whut ? » et Kick ass sans se démonter continue à triper, et finalement Red Mist le suit dans son délire : Lui qui n’a jamais eut d’ami n’a jamais délire comme ça avec quelqu’un, et cette petite scène doit lui faire pas mal de bien au final. Cette courte scène remplace efficacement le temps passé dans le comics entre eux par une petite scène amusante et lourde de sens.

4eme point, parlons maintenant de Big Daddy et Hit Girl pour qui les différences sont plus que nombreuses, Bid Daddy étant au centre de LA différence qui change tout entre film et comics.

Dans le comics, Big Daddy est plus dur, moins papa gâteau qu’il n’en donne l’air dans le film. Celui du film à en revanche un air plus « fou quelque part dans sa tête » qui est très cool. Et celui du film dessine des comics, choses qui n’est jamais mentionnée dans le comics mais que ma foi j’ai fort apprécié évidemment (sauf le plan ou il caresse un dessin d’un pinceau sec sans une once de couleur dessus, c’était vraiment pas crédible). Ils vivent dans une maison à code dont ils n’ont apparemment pas bougé, aux murs couverts d’armes, un truc très cool, mais pas très réalise. Car comme toujours dans cette comparaison film / comics, le film est moins réaliste et se fiche des détails réfléchis du comics comme par exemple le fait que Hit Girl et Big Daddy déménagent tous les 6 mois pour que l’on ne voit jamais leur visage.

J’en arrive donc au point de LA révélation qui change tout. Dans le film, l’histoire de Bug Daddy étant celle d’un ex flic trop studieux qui se fera avoir par la mafia et ira en prison pour un soit disant deal de coke. Sa femme ne supporta pas la situation et se suicida, leur fille naquit tout de même et Marcus, ami de Big Daddy, devint son tuteur. A sa sortie de prison, Mindy avait 5 ans et Big Daddy commença à la former. il mourra brulé vif tandis que sa fille cherchera à le sauver dans une scène absolument géniale d’ailleurs.

Dans le comics… Il mentionne une histoire similaire de mafia et de vengeance pour sa femme morte, mais le personnage de Marcus, même si présent à la fin du comics, n’est pas son ami. Lorsqu’il se fera capturer et torturer, pensant Mindy morte, il finira par avouer la vérité : Il n’est pas un flic, juste un ex comptable. Sa femme n’a jamais été tuée, il a juste fuit un mariage raté en emportant sa fille avec lui. Fanboy de comics, il vend petit a petit sa collection qui lui permet d’avoir tout l’argent dont il peut avoir besoin pour ses actions. Il voulait juste que sa fille ait une vie différente. « Mais pourquoi moi ? » enrage D’Amico. « Simple : Il nous fallait un méchant ». La voila donc, la révélation finale, la triste vérité qui donne une claque terrible au lecteur. Car resituons nous : Kick ass est un comics réaliste avant tout. Jusque la, nous avons suivi Dave qui cherche à être un super héros, et le traitement de l’histoire nous a toujours refroidi si l’idée de l’imitait nous venait à l’esprit. Sont alors arrivés Hit Girl et Big Daddy, qui forcent le respect : Finalement, ça existe en vrai ces choses la ! Pas vraiment au final, tout ça n’était qu’une histoire, un délire de fanboy porté trop loin. Cela relève presque de la psychiatrie à ce niveau, et le message est donc très très fort. Mais pourtant, le film nous a privé de ce message en y préférant une conclusion beaucoup plus politiquement correcte : C’était une vraie vengeance, point. Mais en agissant ainsi, le film trahis son propre message, qui est celui du comics : Les super heros, ça n’existe pas dans la réalité. Mais j’imagine que la conclusion du comics était trop amère pour le « grand public » ? Il est vrai qu’il est extrêmement décevant, révoltant même, d’apprendre que tout ça, c’était pour de faux. Et ça fait passer les fanboys pour des tarés. Mais… C’est ça qui est génial. La conclusion du comics est vraiment lourde de sens.

De manière globale, le film accentue la portée de certaines scènes, comme celle du 1er combat de Kick ass qui est raccourcis et beaucoup plus punchy et donc violent visuellement, car la violence d’une scène n’est pas forcement due au taux d’hémoglobine que l’on peut y voir. D’ailleurs en parlant de ça, autre différence entre film et comics, la violence visuelle. Beaucoup plus de sang et de tripes dans le comics, chose que l’on peut se permettre avec le dessin, un peu moins avec les images. En contrepartie, cette horrible scène du film ou un homme interrogé par les mafieux est cuit vivant dans un four industriel pour brûler le bois. Mais à tout prendre, c’est bien le comics le plus violent au final, pour son visuel pour commencer, mais également pour ses faits : La ou Kick Ass se fait « juste » tabasser dans le film, dans le comics, il se fait tout de même électrocuter par des pinces accrochées aux couilles pendant bien 15mn avant de se faire tabasser au point que sa chaise en soit explosée. Son costume déchiré rafistolé à l’arrache, du sang partout, il n’est pas bien fier.

Dans la scène ou Hit Girl part pour se venger de son père, on la voit se droguer (probablement à la cocaine) avant de commencer le combat. Une gamine de 12 ans qui se drogue, fiction ou pas, ça secoue ! Ou la voit complètement illuminée, dans son délire « C’est une potion préparée par des scientifiques ». Mais après le combat, elle décroche de son délire et semble prête à réintégrer une vie normale. Semble est bien le mot, comme va le démontrer la suite de Kick Ass.

Car oui, suite il y a ! Il y aura en tous 5 volumes apparemment. Kick ass 2 premier volume est sortit il y a quelques temps, et le volume suivant devrait paraître d’ici un mois, j’ai drôlement hate. Même dessinateur, même scénariste, c’est forcement moins puissant que l’originel (quoique) mais ça reste franchement sympa, partant sur de nouvelles pistes et nouveaux concepts. Mais j’en parlerais quand les 2 derniers comics seront sortit, bouclant l’histoire de Kick Ass. Niveau film, on ne sait pas trop, un autre film est prévu, mais ça s’annonce pas pour tout de suite

Pour conclure cet article, je dirais tout simplement que même si le film trahis l’esprit du comics par son traitement du personnage de Big Daddy, il n’en est pas moins un film excellent, bien monté, bien joué, avec des musiques qu’on a envie d’écouter en boucle. Le film offre même des scènes inédites complètement géniales, comme celle mentionnée plus tôt ou Hit Girl cherche à sauver son père en train d’être brûler vif tandis que celui-ci lui hurle des techniques de combat à appliquer nommée selon des références de comics. Les 2 valent le coup d’être lus, de préférence en parallèle, formant dans ma tête et sûrement dans la votre une sorte de « tout » purement génial.

Fun facts :

- Dans le film, la scène du passé de Big Daddy en comics est dessinée par le dessinateur du comics originel (Ça coule de source vous me direz, comme dans Scott Pilgrim)

- Dans le comics, Rasoul joue à Spyro le dragon. Dans le film, il le fait jouer à un jeu de guerre de type Call of Duty. Cliché yeah. C’était beaucoup plus drôle dans le comics comme contraste je trouve.

- Dans le comics, Katie prête à Dave l’intégrale en DVD de Queer as Folk : Je vous en ait parlé y’a pas longtemps

- Dans le film, les amis de Dave lisent le comics « Runnaways ». Un excellent comics d’ado aux supers pouvoirs que je connais grave a leur cross over avec Young Avengers et ait commencé à lire, faut que je continue d’ailleurs.

6 Responses to “Kick Ass : Les différences entre le film et le comics”

  1. Kick Ass reste au final pour moi une déception pour tous les points que tu as abordé positivement XD Enfin, en gros, le film m’a déçu par une mise en scène lourde et convenue choisissant de mettre en scène des petits instants que je n’apprécie pas (la scène de danse dans la voiture, le jet pack avec mitrailleuses, etc… et pas mal de dialogues que je trouve fades), mais je préfère largement la trame générale de la vraie vengeance de Big Daddy.
    Le comics, je le trouve classe, avec une mise en page qui déchire, des héros plus charismatiques, mais le coup de la révélation de Big Daddy que tu aimes, moi, j’ai trouvé ça assez nul. Personnellement, j’ai plus senti ça comme une volonté de surprendre à tout prix le lecteur pour ne pas faire du classique, alors au dernier moment, hop, c’était même pas vrai. Question de point de vue, je suppose, mais la fin du premier cycle de kick ass m’a en tout cas laissé une mauvaise impression. Je préfère donc largement le film sur ce point.
    Du coup, au final, pour des raisons différents, je fais également l’amalgame dans ma tête du film et du comics pour garder une impression délicieuse de Kick Ass^^

    • Plumy dit :

      Awéééé on a pas du tout le même ressentit c’est marrant ! Dans le film effectivement le coup du jet pack je trouve ça juste débile (genre ils vont faire une infiltration ils feraient quoi avec ça ? Le lance flamme du comics est bien mieux). Par contre pour les raisons de la vengeance, du coup, y’a pas à discuter, c’est du pur ressentit XD

  2. Gemini dit :

    Tu soulignes bien les raisons qui m’ont poussé à ne pas vouloir regarder le film dans un premier temps ; j’avais décidé de lire le comics en entier avant de le découvrir, ce que je fais systématiquement aujourd’hui à chaque nouvelle adaptation. Ce qui me faisait peur, c’est que je savais que le comics était trop politiquement incorrect, et trop différent des codes d’Hollywood pour pouvoir bénéficier d’une version un tant soit peu fidèle. Dans le comics, il ne finit pas avec la fille – à la fin, sa « copine » va jusqu’à lui envoyer des photos d’elle en train de faire des trucs dégueulasses, histoire de le narguer – Big Daddy est en réalité un psychopathe qui a gâché l’enfance de sa fille non pas pour une raison valable mais pour un délire, et Hit Girl prend de la drogue pour se booster et parle de ses sous-vêtements en kevlar.
    Le pire, c’est que beaucoup considèrent le film comme osé et politiquement incorrect alors qu’il a été fortement édulcoré.

    Un ami a fini par me faire voir le film, et j’ai trouvé qu’il s’agissait d’un bon divertissement, mais qui n’avait rien à voir avec le bouquin, lequel garde ma préférence. Et puis, la bande-son est quand même super bien foutue.

    • Plumy dit :

      Habituellement je suis pareil que toi, je préfère découvrir l’œuvre originel avant de voir l’adaptation, quoique l’inverse à le mérite de faire qu’on sait que l’original sera forcement mieux que l’adaptation… Mais bon, la j’avais pas la patience d’attendre, et je regrette pas vu comment j’ai kiffé ce film. Grâce à la bande son entre autre, et puis parce que globalement je suis bon public je crois ‘^’
      Oui ce comics est le plus impolitiquement correct qu’il m’ait été donné de lire, mais après cinema grand public, voila quoi… Mine de rien le film va déjà loin ! Mais dommage qu’on n’ait pas la super réplique « même ma petite culotte est en kevlar » XD…

      T’a commencé à lire la suite ?

  3. Tama dit :

    J’ai eu le même ressenti en voyant le film et en le comparant à son support d’origine, ayant vu les deux en parallèle.
    Ceci dit j’ai beaucoup aimé le film, pour les musiques, les scènes de bastons, le mélange teen movie/superhéros/réalisme. Je l’ai pris pour un divertissement jouissif et bien fait mais certes bien moins développé et plus correcte par endroits par rapport au comics. Ce dernier pousse beaucoup plus loin dans le pathétique autant pour le héros et sa relation avec Katie (elle lui envoie des photos dégeux mais lui se branle carrément dessus) très « correct » dans le film. Big Daddy j’ai juste été « wahoo » par sa révélation parce que ça change de la classique histoire de vengeance qui est restée dans le film et que ça pousse le délire de fanboy assez loin. Et puis y a plus de tripes :)
    Mais idem, j’ai une nette préférence pour le red mist du film, plus développé, classique complexe du fils paumé avec papa autoritaire mais mieux.

Leave a Reply to Gemini