Feed on
Posts
Comments

[Comics] Superior

Ayant adorée le comics de Kick Ass, j’étais à l’affût du prochain comics du même scénariste qui sortirait par chez nous, et ce comics c’était Superior, dont j’ai acheté les 2 volumes en même temps, confiante. Et effectivement, je n’ai pas déçue et ait adorée cette lecture, même si comme il l’est écrit dans l’introduction du volume 1, ce comics n’a rien à voir avec la déconstruction du mythe du super héros tel qu’on a put le voir dans Kick Ass.

 

Superior c’est l’histoire de Simon, un jeune garçon de 12 ans atteint de la sclérose en plaque. De ce fait, il se déplace tantôt en béquilles tantôt en chaise roulante et mène une vie douloureuse ou quasiment tous ses amis l’ont abandonné, exception faite de Chris qui persiste à aller au cinéma avec lui chaque semaine. Cette semaine, c’était Superior, vieux super héros comme on en fait plus qui m’évoque terriblement Captain America pour son coté droiture extrême et tous les commentaires qui seront fait sur lui par la suite du comics.

 

Le soir venu, Simon voit un petit singe cosmonaute – personnage de l’univers de Superior – lui apparaître et lui dire être la pour exaucer son vœu, et le transforme en… Superior. Bien embêté à l’idée que sa mère le trouve ainsi, notre héros s’enfuit et court rejoindre son seul ami qui a bien quelques mal à accepter l’idée que son pote se soit transformé en Superior mais finit par accepter l’idée. La 1ere chose logique pour eux est de tester les pouvoirs de Simon – Ils correspondent à ceux du film 1, du 2 ? Du comics ? – et de constater qu’ils les a bien tous : Super force, pouvoir de voler, etc. Il a bien quelques mal à les maîtriser, mais ça vient. Et bien vite, Simon réalise que « de grands pouvoirs entraînent de grandes responsabilités » et s’applique à faire de la terre un monde meilleur.

 

Évidemment, ce deal était un peu louche, évidemment on aura droit à un super méchant, mais ça, je vous laisse le découvrir à la lecture. C’est toujours difficile de ne pas trop spoiler, surtout sur des comics courts comme celui-ci. Mais malgré son classissisme Superior est un comics agréable et distrayant. Plusieurs retournements de situations, une fin heureuse, et des personnages attachants alors qu’ils ne le paraissaient pas au 1er abord. Le héros est touchant dès le début, ce gamin qui avait une vie normale, aimait faire du basket et avait un bon niveau et s’est retrouvé cloué dans sa chaise roulante qui peut de nouveau bouger librement, le tout effectué sans pathos et avec fraicheur. Mais la journaliste ? Totalement clichée et impersonnelle au départ – en plus d’être dessinée tout en seins et en jambes dénudée, travers souvent présent dans les comics hélas – elle devient dans le 2eme volume, suite à certains événements, un personnage profond et attachant. De même pour l’acteur du Superior du film qui est intelligemment utilisé à un moment de l’histoire et n’est pas un simple « dommage collatéral ». Quelques regrets pour le « méchant gamin » de l’histoire qui a une vie de merde et donc des raisons d’en vouloir au monde entier mais non, il est méchant, il a eut ce qu’il méritait. Simple je disais.

Comme dans Kick Ass, un narrateur à la première personne raconte l’histoire au passé alors qu’elle se déroule sous nos yeux. Procédé classique mais très efficace qui permet de disséminer une certaine amertume et de nous rendre curieux sur les événements à venir. Un certain humour est présent également, souvent lié à la dichotomie entre ce corps de super hero et cet esprit de gamin de 12 ans, comme par exemple lorsque le président des états unis – Obama, ça fait bizarre de voir un personnage réel dans un comics, mais c’est assez génial de sentir sa lecture ancrée dans sa propre époque – lui propose de lui demander « ce qu’il voudra » en échange de ses bons services pour la nation, Simon / Superior en profitera alors pour jouer dans son équipe de basket préféré ou avec son groupe de rock préféré.

 

D’un point de vu plus personnel / émotif, Superior m’a beaucoup touchée car je me suis beaucoup retrouvée dans le personnage de Simon. Je n’ai pas la sclérose en plaque heureusement, mais quand les 1ers symptômes sont apparus, ça a été une des maladies qu’on a recherché. Finalement, je ne m’en sort pas si mal : Je souffre d’une maladie qui fait que je souffre tous les jours, qui m’handicape passablement, mais qui ne détruira ni mon corps ni mon cerveau : J’ai « juste » mal. Ainsi, lorsque Simon déclare que ce qui lui plaît le plus dans le corps de Superior, c’est de pouvoir bouger librement, ou lorsqu’il mentionne son actuelle incapacité à ouvrir le cellophane d’un Dvd ou à courir, je ne peux qu’empathiser. Et lorsque le comics se tourne sur un message encourageant et sur la notion d’heroisme, la aussi je ne peux qu’être touchée. Je ne sais pas à quel point ça a influencé sur mon appréciation du comics, mais bon, je ne pense pas qu’il soit indispensable d’avoir des soucis de santé pour être touché par le message.

Après cette lecture, je suis encore plus confiante envers Mark Millar et ait envie de lire ses autres œuvres. Old Mac Logan m’a été prêté et je suis en train de le lire, ne reste donc que Nemesis dont je ferait certainement l’acquisition un de ces 4. C’est amusant comme à la différence des manga, en matière de comics je m’intéresse surtout au nom du scénariste et non pas du dessinateur. Mais rien d’étonnant à cela quand on considère qu’au final, rare sont les auteurs de comics dont j’aime du fond du cœur le style. Pour le moment, je ne pourrais citer que ce cher Jim Cheung dont la présence au poste de dessinateur serait pour moi une raison suffisante d’acheter un comics même si je n’y connais rien. J’aime aussi le style brut et grossier du dessinateur de Kick ass, John Romita Jr, mais je n’aurais jamais aimé son style « à froid », c’est vraiment la lecture de Kick ass qui m’a fait aimé son style. Mais globalement donc, en matière de comics, je reconnais les qualités artistiques des dessinateurs mais la qualité de l’histoire prime avant tout (Ce qui est la base de la bande dessinée on peut dire). Il est rare que je sois rebutée par un dessinateur, même si dernièrement – et à mon grand regret – ça m’arrive avec le nouveau dessinateur choisi pour la nouvelle série de Young Avengers dont je trouve les dessins tout bonnement hideux, au point de ne pas vouloir acheter ces comics alors que je suis fan de young avengers, le comble.

 Enfin bref, pour en revenir à Superior : C’est du très bon, jetez vous dessus.

2 Responses to “[Comics] Superior”

  1. Gemini dit :

    Je n’ai pas lu Superior, mais j’aime bien Mark Millar ; c’est un auteur au moins autant apprécié que décrié, en raison de son style bourrin, sans aucune profondeur (mais qui essaye de donner l’impression du contraire), et qui a tendance à jouer les blockbusters du comics.
    De l’auteur, je te recommande Wanted (une vision d’un monde où les criminels ont gagné mais où la population l’ignore), Red Son (ou ce qu’il se serait passé si Superman avait atterri en URSS), ses travaux sur la ligne Ultimate (les versions modernes de super-héros Marvel), et son passage sur The Authority (une série de l’univers Wildstorm). Old Man Logan est aussi bien sympa pour son influence cinéma bis / Mad Max 2 / La Colline a des Yeux, j’espère que tu feras un article sur le sujet pour partager ton avis avec nous.

    • Plumy dit :

      Oooh merci pour les propositions de titres *w* Je note tout ça ! Je sais pas encore si je ferais un article sur Old Mc Logan, ça sera au feeling (Mais j’aimerais bien oui, j’aime bien garder une truc des trucs que j’ai lu >< )

Leave a Reply