Feed on
Posts
Comments

Lorsque l’on lance ce jeu indie, on est quelque peu circonspect. Les graphismes old school sont toujours un peu difficile à digérer quand on est habitué aux jeux next gen, mais habituellement les sprites familiers des personnages nous donnent un point de repère. Pas dans Ib, ou les sprites sont personnalisés, donnant d’étranges personnages tout en longueur qui font penser aux genres de personnages en pixel que l’on pouvait trouver sur les très vieilles consoles. Le dessin d’introduction n’est pas spécialement joli non plus, bref, rien qui ne puisse vraiment charmer à première vue. Mais soyons curieux.


La petite Ib (prononcer « Eve ») va pour la première fois au musée, accompagnée de ses parents. L’exposition est consacrée à Guertena, et Ib découvre ses œuvres, lisant comme elle peut les commentaires les accompagnants, mais bien souvent, du vocabulaire lui manque, Ib est encore une petite fille. Alors qu’elle s’arrête devant un immense tableau, les lumières s’éteignent et plus un bruit dans le musée, désormais vide. La porte d’entrée est fermée, et d’étranges événements commencent à se produire : Une pomme tombe d’un tableau, une ombre passe derrière une vitre, un bruit de pas se fait entendre… Lorsque, revenant dans la pièce ou est exposée l’œuvre principale de l’exposition, elle s’aperçoit que la barrière à disparue, et qu’elle peut… Entrer dans l’œuvre principale de l’exposition et ainsi pénétrer dans un autre monde.

Pénétrant dans un tout autre univers, elle va découvrir une rose rouge, qui lui sera très, très importante, car cette rose rouge symbolisera dès alors sa vie, et si elle perd toutes ses pétales, la jeune fille périra. Heureusement, des vases disposés à intervalles régulières dans cet étrange monde lui permettront de ressourcer sa fleur, et les points de sauvegardes sont nombreux également.  Et c’est partit pour explorer l’étrange univers de Ib.


Dans les premiers temps de jeu, c’est bien l’angoisse et le stress qui dominent, impression augmentée par la découverte des événements. Tout est étrange, surprenant et angoissant, et on ne sait pas trop ou on va, mais on avance. Les murs peuvent être vos ennemis, des objets se déplacent tous seuls dans votre dos, et les bruitages jouent énormément dans l’ambiance stressante du jeu. Entendre des bruits de pas sans savoir d’où ils proviennent n’est qu’un exemple parmi d’autres. Je sursaute très facilement, donc autant dire que ce jeu m’a mis les nerfs en pelote. A ne pas jouer la nuit.

Ce genre de jeu laisse une empreinte bien plus importante au joueur car c’est au final lui et lui seul qui à créé son univers et son ressentit du jeu. La ou un jeu aux graphismes très élaboré ne laisse rien à l’imagination, sinon au fantasme, ce genre de jeu aux graphismes old school lui, joue énormément sur l’ambiance. Car c’est bien de l’ambiance du jeu dont on se souvient en premier lieu, à l’instar d’un Yume Nikki dont on gardera un souvenir fort et individuel à chaque joueur. Mais de Yume Nikki, sortit des graphismes retro conditionnés par la réalisation dans RPG maker et l’ambiance étrange qui ressort de l’œuvre, peu de points communs. La ou Yume Nikki est une œuvre faite principalement d’observation sans réel but ni réels ennemis, et ou l’heroine est seule tout au long de l’histoire, Ib est une histoire avec un scenario à suivre, d’autres personnages avec lesquels ont interagit, de nombreux ennemis que l’on ne peut que fuir et non pas attaquer, et aussi de nombreuses énigmes de toutes sortes.


[Source]

Tout ce que le jeu ne dit pas et se contente de suggérer, le joueur l’imagine, l’interprète, et se l’approprie. Et ce qui parait au premier regard un canevas dépouillé acquiert pour le joueur une épaisseur tangible, alors que fouillant cet étrange univers, baigné par les musiques, il s’attache aux personnages et à leur relation. La rencontre avec Garry, et le personnage en lui même, ont énormément contribué à mon attachement au jeu. Garry est un adulte, mais il est tout aussi terrorisé que Ib par ce qu’il se passe en cet endroit. Comme elle, il porte à son coté une rose bleu, symbole de sa vie et qu’il doit protéger. En terme de gameplay, il peut pousser de lourds objets qui bloquaient Ib et peut aussi lire les kanjis qu’elle ne sait pas lire sous les tableaux (j’ai trouvé ce point de détail adorable). Dans la version japonaise, il s’exprime en argot « Onee », qui est habituellement utilisé par les gays, mais on ne sait pas s’il l’est ou pas. Dans la traduction anglaise, on ne ressent hélas pas ce langage, et lorsque Ib lui demande « pourquoi il s’exprime comme une lady », on se demande bien de quoi elle parle.

Toujours sur le thème du « Ça ne paye pas de mine au premier abord mais c’est drôlement chouette », Ib rappelle encore une fois que le plus important dans une œuvre, ce n’est pas forcement la qualité du graphisme. En effet, entre le jeu aux pixels olds school et les dessins originaux par forcement fabuleux, on aurait put croire que l’œuvre manquait de l’essentiel. Mais non, la magie opère, les personnages prennent consistance et on s’y attache. En tant que dessinatrice, ce constat me surprend toujours, alors même que je le sais. On cherche toujours à dessiner le mieux possible, comme si tout l’intérêt d’une œuvre passait par la qualité du dessin, mais c’est faux. L’intérêt principal du jeu ou d’un manga, c’est encore et toujours l’histoire. Et dans ce cas précis, je pense que les musiques originales très joliment composées que l’on écoute avec plaisir en dehors du jeu y sont pour quelque chose.

 by 

Si l’histoire n’est pas clairement explicitée – on ne sait pas vraiment comment elle est allée dans cet autre monde – des nombreuses pistes sont données. Je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler. Le jeu joue aussi beaucoup sur la thématique de l’œuvre d’art, et ce qui en découle : Les sentiments que l’artiste met dedans, la différence de perception que chaque personne à, etc. Pour en revenir au game play, on se déplace et on simplement une touche « action » pour lire ou étudier les items. Ce qui n’empêche pas une certaine richesse de jeu, avec des énigmes de toutes sortes, ainsi qu’un passage que j’ai adoré ou les protagonistes sont séparés et interagissent les uns avec les autres pour s’entraider dans leur progression.

Plusieurs fin sont possibles, pour ma part j’ai eut la « good ending » mais il y a visiblement environ 6 fins différentes. Le jeu quand à lui peut se jouer en environ 4h je dirais ? Cela dépend aussi de la rapidité pour résoudre les énigmes, même si quand on est bloqué, analyser tous les items permet souvent de progresser.

まるで家族みたいに | 富岳のこ

Bref en peu de mots, Ib est une expérience à vivre, un jeu d’exploration / horreur à l’ambiance très prononcé qui cache des personnages attachants et des jolies musiques qui restent dans la tête. A expérimenter.

Liens :

Télécharger le jeu : [Lien] traduit du japonais vers l’anglais par vgperson, milles merci à lui !
Le site officiel de l’auteur, Kouri : [lien]
Les let’s play sur nico douga : [lien]

Yume Nikki : Je parle de Yume Nikki mais n’ai jamais fait de véritable article sur ce jeu. Vous pouvez néanmoins en lire quelques mots sur mon artblog principal. J’aimerais bien un jour en parler correctement ici, mais je doute que la magie de la première fois soit encore la si je refait le jeu.

Fanart : D’ailleurs en parlant d’artblog, j’ai fait un petit fanart de Ib pour les curieux, que j’ai préféré ne pas insérer à coté des jolis fanarts que j’ai utilisé pour illustrer cet article.

Notes :
- Alt + enter pour mettre le jeu en mode « fenêtre »
- Le jeu peut planter à un moment du jeu, lorsque vous sortez un livre d’une bibliothèque. Il faut alors déplacer le document Map0028.lmu situé dans le dossier Videopatch dans le dossier principal (Vous pouvez voir la vidéo dans le dossier Movie)

13 Responses to “[Pc] Ib – Derrière les tableaux”

  1. fantoche dit :

    Bonsoir Plumy!
    Je suis une ancienne et toujours fidèle admiratrice de tes créations, et suit tes blogs avec assiduité.
    Or, tu m’as fait là découvrir un jeu passionnant (le deuxième après Yume Nikki) et si tu as le temps, je ne vois personne d’autre vers qui me tourner: je suis COINCEE!
    En gros, je suis arrivé dans la partie « Sketchbook » du jeu, avec des dessins colorés gribouillés partout, un chemin rose, et je suis coincé. La plupart des maisons sont fermées, dont une, dont la porte est glacée.
    Voilà si tu vois où j’en suis, et si tu as une idée pour me sortir de là, je suis preneuse.
    Bien le bonsoir,
    Fantoche

    • Plumy dit :

      Heu, alors… Mince je vois tout à fait mais c’est difficile de me souvenir v___v;;; Alors, en gros, il faut trouver le miroir qui te permettra de rediriger le soleil vers la porte fermée par la glace. Mais j’arrive pas à me souvenir comment j’ai obtenu le miroir… Il est pas dans le coffre à jouets de la salle en bas ? Sinon y’a une fleur à faire fleurir aussi en bas à droite. Bon je sais pas si ça t’aide ce que je dis la ^^ »

      (Ooh, c’est donc comme ça qu’on fait sortir les lurkers de l’ombre ? 8D )

      • Lindsey dit :

        Bonjour je suis une grande fana de Ib et je sais comment vous faire débloquer dans ce passage là! Alors quand vous ariver dans le monde de Marie il y a une maison rose au « milieux » du monde il faux lire les inscriptions à coté de la porte puis sa va ouvrir une maison qui ce trouve à coté de la plaine au papions; vous devez y allez et à coter du lapin en peluche il y a un seau. Prenez le! Après, il y a un petit lac en haut à droite du monde de Marie, vous devez allez remplir le seau et faire fleurir la fleur bleu qui est à coté de votre « point de dépars » après vous allez trouvez un clé qui ouvre la galerie juste à coté à gauche de la maison ou vous avez fais fleurir la fleur bleu allez à l’intérieure et ouvrés le cofre à jouets et vous allez trouver le miroire (: Voilà! (Je sais mon texte n’est pas top mais je n’ai que 12 ans (: ) Merci.

  2. fantoche dit :

    Oui, c’était la fleur que j’avais zappé ^^
    Que signifie « lurkers »?

    • Plumy dit :

      Ah cool, j’espère que tu sera pas bloqué pour la suite alors ^^

      Lurkers, ce sont les gens qui suivent quelqu’un en silence sans se manifester XD Enfin tu t’étais ptêtre manifesté une fois mais ton pseudo me dit vraiment rien du tout X3;

  3. Hitode dit :

    ( faudrait que je perde cette habitude à lurker >_< )

    Je me suis décidé d'y jouer un peu hier soir, accompagné de mon coloc, histoire que je ne meurs pas d'une arrêt cardiaque en y jouant, et je suis assez fier de moi, j'ai eu la bonne fin j'ai l'impression. Bon, par contre, à chaque fois qu'il se passait quelque chose, je me mettais à paniquer n'importe comment "La dame tableau me suit ! Elle veut me tuer !! Je vais mouriiir !" "Lâchez-moi les poupées, vous me faites peeeur, je veux pas !" "Le mannequin ! Va-t'en le mannequin ! Je veux pas de tes câlins !" Bref, mon coloc' a bien rigolé.

    En tout cas, j'ai bien aimé Garry et je trouve sa relation avec Ib très mignonne, il agit avec elle comme un grand frère. Par contre Mary, c'était quand même assez claire qu'elle allait mal tournée, avec le couteau qu'elle prend "au cas où", mais je peux m'empêcher d'avoir de la peine pour le personnage, surtout quand tu vas dans sa chambre et que tu trouves le livre "How to make friends" …

    En tout cas, merci d'en avoir parler, j'ai passé un "bon" moment !

    • Plumy dit :

      Oh, un Hitode, quelle bonne surprise ! Et contente de voir que tu a fait le jeu en entier et a apprécié <3 Tu a eut quel fin du coup ? (Enfin si tu pense que tu a eut la bonne… Ca doit être que tu a eut la bonne)

      T’inquiète moi aussi j’ai été terrorisée face à ce jeu XD Très particulièrement quand Garry se fait coincer dans la salle des poupées la aaaaah rien que d’y penser T__T;; Et la première fois que le tableau se décroche aussi (et la suivante aussi en fait) TT;;;

      Garry est trop chou hein ! J’adore son coté « bon je flippe mais euh j’vais essayer de gérer pour la petite ». Mary oui elle sent mauvais très vite, mais comme tu dis elle fait de la peine au final =/

      • Hitode dit :

        Hmm, j’avais eu la fin où une fois qu’Ib retourne dans le monde réel, elle retrouve Garry, qui grâce au mouchoir qu’Ib lui avait donné, se souvient d’elle et ils se promettent de se revoir un jour <3

        Oh ce passage où Garry était enfermé dans la chambre avec les poupées, j'ai dû être aussi paniquer que Garry à ce moment-là, j'en ai encore des sueurs froides D'= ( d'ailleurs, je viens de me retourner en écrivant ça, histoire de vérifier qu'il y a pas de poupées anxiogènes qui me surveillent derrière moi ) Mais au final, je me demande si les poupées sont vraiment si méchantes que ça ? Je pense qu'elles sont un peu comme Mary, elles cherchent à se faire des amis, ou du moins, de l'amour auprès de Garry, la poupée rose par exemple suivait Garry, mais on dirait pas qu'elles cherchaient à le tuer contrairement aux mannequins ou aux tableaux. Si Garry ne s'enfuit pas à temps de la salle aux poupées, au lieu de mourir, il se retrouve hypnotiser(?) par les poupées pour qu'il se mette à discuter avec elles. Je pense pas que leurs intentions soient foncièrement mauvaises =/

        En tout cas, c'est pas tout les jours que je jouerais à ce type de jeu, faut absolument que je sois accompagné quand je joue à ce genre de tucs, j'ai même besoin de me faire une cure de my little pony pour m'en remettre xD

  4. [...] suis assez friande de jeu amateurs aux ambiances décalés, tels que Ib (dont j’ai parlé récemment), Yume Nikki (Dont j’ai parlé vite fait sur mon artblog et dont je compte bien faire les [...]

  5. [...] liste de mes ex malefiques [Ps3] Bioshock 2 [PSP] Corpse Party (Blood Covered – Repeated Fear) [Pc] Ib – Derrière les tableaux [Ps3] Journey [PS3] PixelJunk SideScroller [PS3] Uncharted – Drake’s [...]

  6. I’m very pleased to uncover this web site. I wanted to thank you for ones time for this wonderful read!!
    I definitely liked every bit of it and I have
    you book-marked to look at new information in your website.

Leave a Reply